CDB : le remède pour le sevrage du THC

list Dans: Actualité CBD

L'addiction touche des millions de personnes en France. Si un quart de la population adulte présente une addiction au tabac, près de 3 % des 18 à 64 ans sont dépendants du cannabis, et ce, à cause du THC. Mais la plante contient également la molécule qui permettrait de s'en sevrer, le CBD. Pour comprendre le mode d'action du cannabidiol en cas de dépendance, il convient en tout premier lieu de déterminer le fonctionnement du THC à l'origine de l'accoutumance.

Le mécanisme de l'addiction 

L'addiction est intimement liée au circuit de récompense. La consommation d'un psychotrope comme le cannabis contenant du THC ou la pratique d'une activité comme les jeux d'argent entraine la libération de la dopamine. Ce neurotransmetteur régit le circuit de récompense et procure une sensation de plaisir. À force de consommer de la drogue ou de pratiquer l'activité addictive, le corps s'habitue à produire de la dopamine et à la sensation de plaisir qu'elle procure. Ainsi même seulement en présence d'un stimulus, l'organisme se met à produire ce neurotransmetteur, ce qui incite alors à consommer plus pour satisfaire ce besoin de plaisir. 

Avec le temps, le circuit de récompense est moins efficace. La sécrétion de dopamine est moins importante, ce qui induit de l'anxiété ou du stress. Seule l'augmentation de la consommation permet alors de rétablir le circuit de récompense et d'éliminer les émotions négatives. Les cellules nerveuses sont aussi moins sensibles aux effets du THC conduisant à une prise compulsive. À force, l'individu perd tout contrôle, c'est ce qu'on appelle le carving. Ce phénomène favorise les rechutes malgré le désir de se débarrasser de l'addiction. 

Le THC, une molécule psychoactive et addictive 

Le cannabis contient une centaine de phytocannabinoïdes, dont certains sont à l'origine d'effets psychoactifs plus ou moins importants. Parmi ces molécules, le THC est de loin le plus puissant. Selon la quantité administrée et chaque individu, cette substance psychoactive donne plus de confiance en soi, entraine de l'euphorie, une réduction de l'anxiété, une désinhibition ou un besoin insatiable de parler. Le THC peut aussi altérer la vigilance, les facultés de mémorisation et affecter les capacités à effectuer certaines tâches. Ces effets psychotropes peuvent être à l'origine d'accidents, altérer la vie familiale, sociale et professionnelle, mais aussi se répercuter sur la santé à long terme. 

Les effets du cannabis et donc du THC sont à leur summum une demi-heure en cas d'inhalation et persistent pendant 2 heures au moins après la dernière administration. Les effets maximaux sont plus longs à apparaitre si le cannabis ou le THC est intégré à des recettes culinaires comme les muffins, mais ils peuvent perdurer 7 heures. 

Pour ce qui est de l'addiction, le THC va se fixer sur des neurones spécifiques via le récepteur CB1 du cerveau et les inhiber. Cette inhibition stimule les neurones qui produisent de la dopamine et augmente sa concentration au niveau des synapses – la jonction neuronale —, à l'origine en partie du phénomène d'addiction. Le THC favorise également la dégradation de l'anandamide. Ce neurotransmetteur joue un rôle primordial dans la régulation de la mémoire, de la douleur, de l'appétit, mais aussi des émotions et de l'humeur. On lui doit notamment le high du coureur, la sensation de bien-être des sportifs après leur entrainement. Sa faible teneur explique quelques effets psychotropes du THC. 

Comment le CBD peut-il aider au sevrage du THC ? 

Avec le THC, le CBD est le phytocannabinoïde présent en plus grande quantité dans le cannabis. Contrairement au THC, le cannabidiol n'est ni psychoactif, ni psychotrope. Il ne s'agit pas d'un antagoniste du THC sur les récepteurs CB1 du système nerveux, mais ses effets pour aider au sevrage sont significatifs. 

Le CBD atténue les signes de manque 

Le CBD permet de mieux supporter les effets de manque comme le stress, l'irritabilité, les insomnies, les douleurs d'estomac, mais aussi le manque d'appétit. Le cannabidiol augmente la durée de vie de l'anandamide en inhibant l'enzyme responsable de la dégradation de ce neurotransmetteur qui favorise la relaxation et la sensation de bien-être. 

Le CBD réduit le risque de rechute 

Les rechutes sont une grande source de découragement pour les personnes dépendantes au cannabis et toutes autres drogues et addictions d'ailleurs. Le CBD semblerait y apporter une solution pertinente. Le cannabidiol permettrait en effet de prévenir le carving. En outre, cette molécule jouerait un rôle prépondérant dans la formation de nouveaux neurones, ce qui permet alors de remédier à la perte de plasticité des neurones et d'éviter de rechercher la drogue. 

Reconnaitre une addiction au cannabis 

Le Diagnostic and Statistical manual of Mental disorders (DSM) établit onze critères pour évaluer le degré d'addiction à une substance comme le cannabis ou des jeux d'argent. L'addiction est faible si la personne présente 2 ou 3 critères. Elle est modérée entre 4 à 5. L'addiction est sévère à partir de 6 critères. Parmi ces critères figurent :

- l'envie irrépressible de consommer la substance ;

- l'apparition de symptôme de sevrage suite à l'arrêt de la consommation ;

- l'augmentation de la dose consommée pour atteindre l'effet recherché malgré le désir de se défaire de la dépendance ;

- l'incapacité à réaliser des tâches importantes.

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre