Zoom sur les cannabinoïdes : Qui sont-ils ? Que font-ils ?

list Dans: Le CBD

Les cannabinoïdes, comme leur nom l’indique, sont des substances associées au cannabis. Ces molécules se retrouvent aussi dans d’autres plantes. Quelles sont les particularités de ces molécules ? Comment agissent-elles sur l’organisme ?

Des principes actifs caractéristiques du chanvre

L’Agence mondiale antidopage définit les cannabinoïdes comme des substances chimiques présentes en grande concentration et sous différentes formes dans la marijuana, le chanvre et le cannabis. Ces composés interagissent avec des récepteurs cannabinoïdes de l’organisme, les plus connus étant le CB1 et le CB2. On distingue trois grandes catégories de cannabinoïdes :

  • Les endocannabinoïdes

Ces molécules se forment dans l’organisme de certains mammifères et de l’Homme. Les cannabinoïdes endogènes sont des éléments clés du système endocannabinoïde central de l’humain, un mécanisme complexe qui joue un rôle déterminant dans l’homéostasie des différentes fonctions vitales de l’organisme.

  • Les cannabinoïdes synthétiques

Depuis le milieu des années 2000, des laboratoires clandestins développent des molécules qui imitent les structures et le fonctionnement des cannabinoïdes « naturels ».

  • Les phytocannabinoïdes

Ces substances existent naturellement dans les plantes. On dénombre plus d’une centaine de cannabinoïdes végétaux différents dans le Cannabis sativa et les autres variétés du chanvre.

Les cannabinoïdes psychoactifs

  • Le THC ou Delta-9-tétrahydrocannabinol

C’est sans doute la molécule la plus connue de tous les composés présents dans le cannabis. Cette substance a été identifiée et isolée pour la première fois en 1964. Depuis, plusieurs recherches se sont intéressées à ses nombreux effets sur l’organisme. Les propriétés psychotropes du THC sont connues des scientifiques depuis toujours. Cette « capacité » vient en réalité de ses affinités avec les récepteurs CB1.

Au contact de ces récepteurs, le THC induit une réaction physiologique caractérisée par un afflux de dopamine dans le cerveau. Les concentrations élevées de cette « hormone du plaisir » dans le cerveau créent une sensation de bien-être et d’euphorie. Dans le jargon, on dit du THC qu’il rend « stone » ou « high ».   

Limiter l’effet du THC à ses propriétés psychotropes serait réducteur. Cette molécule influe en réalité sur d’autres fonctions de l’organisme. Par sa capacité à provoquer la libération de dopamine, le THC serait un excellent anti-dépresseur et anxiolytique. Les scientifiques vantent également ses bienfaits contre la douleur. Cette molécule afficherait une efficacité 2 fois plus élevée que l’hydrocortisone et 20 fois plus que l’aspirine.

  • Le cannabinol ou CBN

Le cannabinol provient de la dégradation du THC sous l’effet de l’oxygène (oxydation) ou des rayons ultra-violets. Ces deux molécules partagent de fait les mêmes caractéristiques, à quelques différences près. Moins puissant et moins concentré, le CBN conserve 10 % des effets psychotropes du THC. En revanche, ce composé chimique réagit très bien sur les symptômes de la maladie de Charcot, sur l’ostéogénèse (la croissance des os) et sur la réduction de l’anxiété.

  • Le cannabitriol CBT

Identifié en 1966, le cannabitriol possède une structure très proche de celle du THC. Pour cette raison, les chercheurs pensent que ce principe actif imite le THC dans ses actions sur l’organisme. Cette information est à mettre au conditionnel, puisque la molécule CBT a été isolée il y a 7 ans seulement. La littérature scientifique sur cette substance est donc peu fournie et s’appuie essentiellement sur des théories et des spéculations.

Les cannabinoïdes non-psychoactifs

Parmi la centaine de cannabinoïdes découverts dans le chanvre, quelques-uns ne provoquent pas la sensation d’euphorie attribuée au THC. Le cannabidiol est le plus connu de ces composés.

  • Le CBD ou cannabidiol

Le cannabidiol entre aujourd’hui dans la composition de nombreux cosmétiques, d’huiles ou de crèmes CBD pour la peau ou de remèdes naturels vérifiés en laboratoire. Sa popularité résulte en grande partie de ses nombreuses vertus santé, mais surtout, de son caractère non-psychotrope. Le CBD ne conduit pas à la dépendance, ni à la psychose, ni aux autres troubles psychiques ou physiques associés au THC. Deuxième cannabinoïde identifié après le THC, le CBD fait l’objet de plusieurs dizaines d’études, dont des expériences empiriques et des recherches cliniques menées aux quatre coins du monde.

Ces travaux ont mis en évidence les effets bénéfiques du CBD sur la santé, comme ses vertus sédatives et relaxantes, ses propriétés anti-épiléptiques, son rôle d’hypotenseur et ses bienfaits contre les addictions. Les scientifiques croient même que cette molécule peut soulager, voire traiter certaines maladies graves, comme la maladie du côlon irritable, la maladie de Crohn et la sclérose en plaques. Ces nombreux effets positifs ont poussé l’Europe à libéraliser le commerce de cette substance et de l’exclure de sa liste des produits stupéfiants et psychoactifs. Plus que jamais, la légalisation de la consommation du CBD est d’actualité.

  • Le CBG ou cannabigerol

Des neurobiologistes formulent une hypothèse selon laquelle le cannabigerol serait la cellule souche du CBD et du THC. Cette théorie repose sur le fait que le CBG apporte quasiment les mêmes bénéfices sanitaires que le THC et le CBD. Ce principe actif se présente à la fois comme un relaxant, un analgésique, anticoagulant et un antibactérien des plus efficaces. Le cannabigerol est présent en très faible quantité dans les plants de cannabis. Cette molécule non-psychotrope représenterait moins de 1 % de la concentration des cannabinoïdes qu’on trouve dans le chanvre.

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre